Stéphane BITTOUN, Directeur général de My Major Company

Développer son projet grâce au financement participatif

Comment financer tout ou partie de son projet grâce au « crowdfunding ». Retour sur une forme de financement originale, de plus en plus prisée par les start-up.

La banalisation des réseaux sociaux a un impact croissant sur toute une kyrielle d’activités, y compris en matière de financement de projets innovants. Diverses plates-formes participatives (Kickstarter, Prêt d’Union, Babyloan, My Major Company) ont ainsi donné naissance à une nouvelle forme d’accompagnement entrepreneurial. Baptisés crowdfunding (ou finance participative), ces outils désintermédiés sont de plus en plus prisés par les start-up afin de soutenir leur développement.

Directeur général de My Major Company, l’un des principaux sites européens de financement participatif, Stéphane Bittoun est venu partager sa vision avec la communauté des entrepreneurs de NeuillyLab. Un échange informel et convivial à l’occasion de ce Mardi du Lab consacré à ces nouveaux outils participatifs. Des outils aux multiples facettes qui vont du prêt entre particuliers (peer to peer landing) aux dons (avec ou sans contrepartie, comme avec Don contre don), en passant par le financement en capital (crowdfunding equity) ou la production communautaire.

Lancé en 2007 sous forme de label participatif afin Stéphane BITTOUN, Directeur général de My Major Company lors du Mardi du Labde financer des musiciens – dont l’auteur, compositeur et interprète Grégoire – ce modèle de production est à l’origine du lancement de My Major Company. « C’était très original pour l’époque. En deux mois, Grégoire avait levé les 70.000 € nécessaires à la réalisation de son premier album. Les médias se sont alors emparés du phénomène et le buzz a rapidement suivi » raconte Stéphane Bittoun. Avec plus d’un million d’exemplaires écoulés en 2009, son album Toi + Moi a alors atteint la première place des ventes en France. My Major Company s’est ensuite diversifié dans divers domaines (cinéma, bande dessinée, édition), ainsi qu’à l’étranger (Espagne, Grande-Bretagne). Avec des fortunes diverses. « Lorsque l’on a commencé à se diversifier en 2010, on n’arrêtait pas de se tromper » témoigne Stéphane Bittoun. « Le marché de la musique en Grande-Bretagne n’a rien à voir avec le marché français. Un artiste britannique qui perce du jour au lendemain, cela n’existe pas ! »

Le virage du crowdfunding equity

Toujours présent Stéphane BITTOUN au sein de la communauté NeuillyLab dans la musique à travers son label participatif (premier label français indépendant), My Major Company s’est aujourd’hui recentré sur une seule et même plate-forme ouverte à tous types de projets, essentiellement artistiques, culturels ou environnementaux. Du financement participatif sous forme d’intermédiation, à condition de rassembler le montant visé auprès des internautes, la « jauge » dans le jargon du crowdfunding, dans les délais impartis.
Avec un accompagnement personnalisé des porteurs de projet sélectionnés. A la différence des Etats-Unis (près de 900 millions de dollars collectés par  Kickstarter en 2013), les sommes en jeu en Europe sont plus modestes mais le potentiel, significatif. Après la finance participative, My Major Company (fondé par Michael Goldman et dont Stéphane Courbit est l’un des principaux actionnaires) envisage de se tourner vers le financement en capital (crowdfunding equity) en se positionnant directement sur le terrain de la levée de fonds, en partenariat avec des business angels par exemple. Une étape significative dans le développement de cette jeune entreprise (12 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013 pour une trentaine de collaborateurs) qui assure avoir récolté plus de quinze millions d’euros auprès de 70.000 internautes depuis sa création. Un modèle séduisant pour amorcer ou faire décoller son projet pour peu que la générosité des internautes soit au rendez-vous.

Pour plus d’informations, consulter le site : www.mymajorcompany.com

Un parcours déjà bien rempli

Stéphane Bittoun (42 ans) est titulaire d’un master de management de la Sorbonne et d’un diplôme d’études supérieures comptables et financières (DESCF). De 2001 à 2008, il est directeur administratif et financier d’Endemol France (production audiovisuelle) avant d’occuper les mêmes fonctions au sein de  NextRadio TV (BFM, BFM TV, RMC Info, Groupe 01). Il est directeur général de My Major Company depuis 2011.

Actus | 3 février 2014 | Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés